Giuseppe De Nittis

Lorsqu’en 1867 le peintre Giuseppe De Nittis vit Paris pour la première fois, il n’avait que 21 ans. C’était un Paris en pleine évolution, avec les nouveaux quartiers haussmanniens mais encore sans tour Eiffel (qu’il ne vit jamais réalisée). Derrière lui une jeunesse difficile; il avait très vite perdu ses parents et son frère aîné Vincenzo, devenu chef de famille, n’approuva pas sa vocation.

Giuseppe De Nittis: des Pouilles à Paris.

Né à Barletta dans les Pouilles en 1846, il se forme artistiquement à Naples et à Florence. Le déménagement dans la capitale française marque le début d’une phase heureuse de sa courte vie, scellée par son mariage avec la romancière Léontine Gruvelle. En 1874, à l’invitation directe de Degas, il participe à la première exposition des impressionnistes. Il joue de l’amitié de peintres et d’écrivains déjà connus et du soutien de marchands importants, participant avec un succès croissant aux Salons et aux Expositions Universelles. Il devient très vite un acteur de la scène culturelle de la capitale française au point d’être défini “le plus parisien de tous les parisiens“.

Giuseppe De Nittis: Che freddo!

La fin soudaine et la collection De Nittis.

Au sommet de sa carrière artistique, à l’âge de 38 ans, il meurt subitement (Saint Germain en Laye, 1884). Il est enterré au cimetière du Père-Lachaise, en compagnie des collègues Georges Seurat, Camille Pissarro et de son ami Gustave Caillebotte. Son épitaphe est écrite par Alexandre Dumas fils et récite:

“Mort à trente huit ans – En pleine jeunesse – En pleine gloire – Comme les héros et les demi-dieux”

Dans l’atelier de la maison de la rue Viète, dans l’élégant quartier parisien de Monceau, reste la majeure partie de sa production artistique. Malgré la situation économique peu rose, sa femme Léontine conserve jalousement toutes les œuvres signées par son mari. Enfin, elle décide de transmettre l’héritage de la collection à la Commune de Barletta.

Colazione_in_giardino

L’aménagement dans le Palazzo Della Marra de Barletta.

La collection (146 tableaux, 65 dessins, correspondance) fut d’abord hébergée dans l’ancien couvent des Dominicains. Puis, après la restructuration du château de Barletta, elle trouva sa place dans les salles au premier étage de la forteresse. Cependant, la proximité de la mer, jugée potentiellement risquée, a conduit en 2007 au déménagement au splendide Palazzo Della Marra.

Bien qu’il représente principalement tous les aspects de la dynamique vie parisienne, il n’oublie pas les paysages des Pouilles. La vue réalisée vers 1870 et intitulée Lungo l’Ofanto en est un exemple admirable. La Strada da Brindisi a Barletta, présentée au Salon parisien de 1872 a comme protagoniste un paysage abandonné et désert sous le soleil ardent, traversé par deux voyageurs et une calèche. On retrouve le même soleil ardent des Pouilles dans un tableau comme La Masseria, du nom qu’on donne encore aujourd’hui aux fermes des Pouilles.

Parmi les autres œuvres exposées nous rappelons un Autoportrait au pastel, “Journée d’hiver“, “Le salon de la princesse Matilde” et surtout “Le petit déjeuner dans le jardin“. Dans ce dernier, la chaise déplacée, la serviette posée sur le côté, la tasse de café fraîchement consommée, indiquent que le propriétaire vient de se lever, probablement pour peindre la scène domestique.

Palazzo della Marra

Un impressionniste italien aux États-Unis.

En 2010, le Musée du Petit Palais de Paris a consacré à De Nittis la grande exposition : “De Nittis, la modernité élégante“.

Du 12 novembre 2022 au 12 février 2023, la Phillips Collection a présenté à Washington la première exposition aux États-Unis dédiée à De Nittis et intitulée ‘An Italian Impressionist in Paris’. La manifestation réunit 73 œuvres conservées dans d’importantes collections et musées aux États-Unis, en France et en Italie, dont 32 provenant de la Pinacothèque De Nittis.

Angelo Traverso

 

Pubblicato da Angelo Traverso

Guide touristique francophone Pouilles